Joey Starr TPAMB

JOEY STARR : « MON BOUCHER, C’EST MON POTO, C’EST MON DEALER DE CARNE… »

En pleine préparation de son spectacle Éloquence à l’Assemblée (réalisation Jérémie Lippmann, écriture Pierre Grillet), le Jaguarr fait étape chez son boucher Romain Collet (Saint-Germain-en-Laye). Et il a les crocs !

_ Joey Starr, quelles sont les viandes que vous aimez le plus chez votre boucher ?

_ Pour moi, la barbaque c’est important ! Je suis un vrai carnivore. Dès que je vois une vache, j’ai une sérieuse envie de grailler. Alors quand je vais chez mon boucher Romain Collet, j’aime bien que la viande soit super bien tracée. Pour chaque bovin, par exemple, il peut te raconter son blaze en détails, les différentes étapes d’élevage, d’abattage, etc. Chez lui, j’adore la côte de bœuf maturée, le rumsteck, le gîte, la joue de bœuf, les entrecôtes Angus, les rôtis de veau Orloff, etc. Mon boucher, c’est mon poto, c’est mon dealer de carne…

 _ Est-ce qu’il vous arrive d’en consommer sur place ? 

_ Bien sûr ! J’ai rencontré Romain lors d’une dégustation de rhums avec quelques amateurs de bonne chair bien arrosée, c’est un mec qui sait recevoir. Chez lui, y’a comme une espèce de passe obligé, c’est le bar à tartares qu’il te prépare à la minute et sur mesure avec des sauces aux girolles et ciboulettes, des sauces au pesto, au piment d’Espelette, au curry, aux échalotes… C’est un bon gros kiff quand on revient de Rungis.

_ Vous fréquentez le Pavillon des Viandes au MIN (Marché d’Intérêt National) ?

_ Ca m’arrive ! J’aime bien discuter avec les bouchers, les bombarder de questions sur les différentes pièces de bœuf : le paleron, le flanchet, etc. Comment on les dénerve, les désosse, quelles cuissons, quelles préparations. Si on peut les truffer avec des clous de girofle, de la cannelle, des poivrons, de l’ail, etc. Je m’intéresse aussi beaucoup aux abats, aux rognons, aux tripes, aux andouillettes. C’est sûrement mon côté Antillais ! Chez nous, on apprend très tôt à faire à manger, à tuer les bestiaux. Quand j’étais gamin, mon père cuisinait super bien. Mais vers huit ou neuf ans, il s’est brulé la main et m’a demandé de le remplacer aux fourneaux. C’est que j’ai commencé à cuisiner les viandes. Entre autres…

_ C’est vrai que vous avez toujours une réserve de viandes chez vous ? 

_ Disons que j’essaie d’avoir le frigo et le congélo remplis, ça me rassure. Après, je sors acheter quelques légumes et c’est parti ! Avant, je pouvais me lancer dans un rôti en fin de soirée, sur le coup de 6h du matin. Mais maintenant avec mes deux fils, je cuisine pour toute la famille. J’adore leur préparer de la viande mais avec un pneu et une patate, je me démerde aussi.

_ Vous reprenez dans quelques jours Eloquence à l’Assemblée (mis en scène par Jérémie Lippmann et co-écrit par Pierre Grillet) sur les grands discours de Robespierre, Olympe de Gouges, etc. Est-ce qu’on peut vous apporter, par exemple, du Bœuf de Salers ou d’Aubrac à la fin du spectacle ?

_ Aujourd’hui à chaque fois que je fais une tournée, y’a plein de mecs qui passent me voir avec de la bouffe, des bocaux, des saucissons, du vin, des légumes de la région, du calva… Et je trouve ça mortel ! Alors oui, avec plaisir. Vivement les grillades en coulisses, les plats de côtes aux répètes et les bavettes au troisième rappel !

Entretien : Julio Rémila Photo : Sidney Carron

Eloquence à l’Assemblée, le 21 Janvier au Théatre du Rond Point, 2 bis Avenue Franklin-Roosevelt, Paris 8ème

 Egalement le 7 Février au Théatre Charles Dullin de Grand Quevilly, le 8 Février au Zénith de Caen, le 1er Mars à La Passerelle de Florange, le 21 Mars au Corum-Opéra Berlioz de Montpellier, le 17 Avril au Casino Barrière de Toulouse, etc. 

Romain Collet, une boucherie très Popopop !

C’est une petite boutique à la façade gris charbon. Elle campe dans le bas de Saint-Germain-en-Laye et cultiverait tranquillement son anonymat si son patron, Romain Collet, ne comptait pas un certain Joey Starr parmi ses indéfectibles adorateurs. « Romain, c’est mon dealer de carne ! C’est plus qu’un boucher d’ailleurs, c’est un pote », lâche l’intéressé tandis qu’il contemple, en profil perdu, l’étal de chairs rougeoyantes. En matière de « carne », celui qui confie avaler « au moins cinq repas par jour » aime aller à l’essentiel, quitte à bousculer un peu le protocole. « On cuit mieux la viande au gaz, mais comme je suis un Antillais paresseux, j’ai des plaques à induction », confait-il en 2011 à la revue Louchebem. « Attention, sous ses airs de ne pas y toucher, c’est un gastronome averti », tempère Romain Collet. « On s’est d’ailleurs rencontrés autour d’une bonne table, à l’occasion d’une dégustation. Il raffole de tout, qu’il s’agisse de rôti de pintade aux morilles, de médaillon de canard, d’entrecôte de bœuf Angus… C’est un vrai connaisseur, un amoureux du produit capable de filer dès l’aube à Rungis pour tapoter des carcasses ! » En attendant d’arpenter les allées du MIN, le rappeur déclamera du Lamartine ou du Aimé Césaire pour son spectacle Éloquence à l’Assemblée, programmé le 21 janvier au Théâtre du Rond-Point (2 bis Avenue Franklin-Roosevelt, Paris 8ème), avant une tournée hexagonale. Une bonne raison pour faire provision de protéines. T.L.G. 

Boucherie Collet, 25 rue de Paris, Saint-Germain-en-Laye. Tel. : 01-34-51-07-27. www.boucheriecollet.com. Ouvert du Mardi au Vendredi de 8h à 13h et 15h à 20h. Et le Samedi de 8h à 20h sans interruption.